Entrevue: Mylaine, maman à la maison et copropriétaire d’une ferme

Cette entrevue a été publiée pour la première fois le 5 juin 2013 lors d’une série d’articles sur les mamans entrepreneures sur le blogue personnel de Marie-Noelle.

Mylaine_Paquette_Alpagas_LowDepuis quand es-tu maman à la maison?

Je suis à temps plein avec mes enfants depuis la naissance de mon premier enfant, ma fille, en mars 2008. Au début, j’ai ouvert ma garderie en milieu familial. Ça me permettait de rester avec ma fille tout en ayant le revenu nécessaire à notre famille pour payer nos factures à ce moment-là.

Quelle était ton occupation professionnelle avant?

Avant de devenir maman à la maison, j’étais travailleuse sociale, plus spécifiquement, j’étais directrice d’un organisme qui venait en aide aux familles dans le besoin dans un secteur défavorisé.

Quel est le nom de ton entreprise et en quoi consiste-t-elle?

Actuellement je suis copropriétaire (avec mon conjoint) de la Ferme Alpagas Low. Il s’agit d’une ferme d’élevage d’alpagas. Nous avons un volet agrotouristique donc nous recevons des visiteurs toutes les fins de semaine et sur rendez-vous en semaine, nous vendons aussi des produits dérivés de la fibre de l’alpaga sur la ferme, mais aussi en ligne, nous faisons également tout le travail entourant les soins aux animaux et l’élevage et je fais également des séances photos sur la ferme.

Qu’est-ce qui t’a motivé à lancer ton entreprise?

Ce qui m’a motivée ? Premièrement, j’ai toujours été ambitieuse et fonceuse et j’ai besoin de me fixer des objectifs et de les atteindre pour me réaliser, mais en même temps, je ne me voyais pas envoyer mes enfants en garderie et ne pas partager leur quotidien. La petite enfance passe tellement vite, j’ai moi-même été élevée par une maman à la maison, mon conjoint aussi….j’imagine que ça fait partie de nos valeurs. Alors un jour que nous revenions de visiter de la famille à l’extérieur de la ville en 2010, nous avons aperçu des alpagas dans des pâturages. Curieux, nous sommes arrêtés pour les voir et poser des questions. Nous avons eu ce que nous appelons un coup de foudre familial ! Nous nous sommes dit « un jour…à la retraite peut-être… » puis ma belle mère a parlé de son désir d’investir dans des terrains ! Voilà que 4 mois plus tard, nous vendions notre maison en ville et nous achetions une ferme avec un terrain énorme avec ma belle mère. Puis mon fils est né en 2011 et nous avons reçu nos premiers alpagas il y a un an, en mai 2012. Ça n’a pas été évident de débuter, car les animaux sont très chers et il n’y a pas d’aide pour la relève agricole pour des gens qui débutent. Mais j’ai fait un plan d’affaires et j’ai réussi à convaincre le CLD de nous donner un peu de financement, ce qui nous a permis de nous lancer. Ayant eu ma garderie, j’avais droit à mon RQAP et tout y passait, je me suis privé de tout tout tout ce qui n’était pas absolument nécessaire, mais ça a valu la peine.

Quand trouves-tu le temps de travailler et combien d’heures par semaine accordes-tu à ton entreprise?

Pour le temps que je consacre à mon entreprise, ça varie beaucoup d’une journée à l’autre et aussi selon la saison. Quand il y a des visiteurs ou pendant les soins aux animaux, les enfants sont avec moi et aident ou ils jouent autour. Quand mon travaille consiste à passer des commandes, tenir à jour notre site web, notre page Facebook, faire des recherches, les photos, etc. j’essaie le plus possible de le faire le soir quand les enfants sont couchés ou pendant qu’ils sont occupés avec papa, à jouer ou à écouter un film.

À quoi ressemble une journée typique chez toi?

Je crois que ma journée typique ressemble à celle de toutes les mamans à la maison sauf qu’avant de déjeuner, nous allons donner de l’eau aux animaux et les sortir dans les pâturages, qu’à tout moment quelqu’un peut arriver pour une visite et qu’alors il faut être prêt pour aller dehors. Donc pas de matinés en pyjamas les cheveux tout défaits !

Quel est le plus grand défi à être une maman à la maison qui travaille?

Le plus grand défi pour moi est de vivre avec les préjugés sur les mamans à la maison. Parce que puisque je suis à la maison, j’ai tellement toujours « juste ça à faire ! » Les gens s’imaginent que je relaxe toute la journée, que je me fais vivre….Disons que c’est de trouver notre place. Je travaille donc j’ai de la pression, je suis fatiguée, etc., mais en même temps je suis maman à la maison alors les gens me voit comme une femme qui ne fait rien. Il y a aussi le fait que les enfants doivent comprendre que maman est parfois avec des clients alors qu’ils voient ça souvent comme « de la visite ».

Quelles ont été les plus grandes dépenses que tu as eu à faire pour lancer ton entreprise et comment as-tu financé le tout?

Les dépenses….Eh bien nous avions déjà la ferme, le bâtiment pour les animaux…Ce sont les animaux qui ont coûté cher. Les revenus provenant de mon RQAP + les revenus du CLD ainsi qu’une partie des revenus de mon conjoint y sont passés. Nous nous sommes vraiment beaucoup privés pendant un an, maintenant nous respirons mieux sans nous permettre de luxe…sauf les animaux et les enfants ne manquent de rien !

Et si c’était à refaire?

Si c’était à refaire, je le referais sans hésiter ! Je suis fière de ce que nous avons fait, j’ai confiance en l’avenir pour la ferme et j’aime la combinaison avec le fait d’élever mes enfants en même temps que d’avoir une ferme et des animaux. Mes enfants assistent aux naissances, participent aux choix des animaux, des noms des bébés, etc. et je suis heureuse de les élever dans ce contexte !

Quel conseil donnerais-tu à une maman ou future maman qui voudrait emprunter le même chemin?

Je dirais à la maman qui voudrait se lancer dans un tel projet d’avoir confiance. Si je n’avais pas donné ma démission il y a 5 ans, si je n’aurais pas vendu ma maison, si je n’avais pas acheté la ferme, si je n’avais pas travaillé fort pour avoir mon élevage….eh bien je ne serais pas ou je suis. Oui c’est épeurant des fois, on a peur, on a l’impression de se lancer dans le vide, mais qui ne tente rien n’a rien !

Pour plus d’informations sur la Ferme Alpagas Low

Site Internet: Alpagas Low
Page Facebook: Ferme Alpagas Low

D’autres entrevues seront publiées très bientôt! Si vous avez aussi une histoire à partager, contactez-nous!

Commentaires

Marie Noelle Marineau

Marie-Noelle est blogueuse, un peu coquette, accro au café, crazy cat lady et elle adore la bonne bouffe. Suivez-la sur son blogue de maman Marginale et heureuse où elle écrit quotidiennement pour parler de produits qu'elle teste, partager son quotidien et de succulentes recettes!