Il y a onze ans!

Le 5 mars à 11 h 30. Ça a fait onze ans! Je le savais depuis toujours que ce serait ma destinée. Je l’avais rêvé et c’était bien réel.

Ce jour-là, en 2004, je suis allée travailler, comme tous les autres jours d’avant. C’était un vendredi. La semaine se terminait. Pour la majorité des travailleurs, c’était aussi le début de la fin de semaine. Les deux journées de congé tant attendues.

Pour moi, ce vendredi représentait tout autre chose. Représentait bien plus. Oui, c’était de prime abord un jour comme les autres. À l’exception que ma vie allait prendre un nouveau départ et que plus rien ne serait comme avant. Je ne savais pas encore vraiment de quelle façon ça allait tout changer. J’en avais bien une petite idée, mais imaginer à quel point m’était tout simplement impossible.

J’ai donc fait ma journée, ou plutôt la moitié de ma journée, parce qu’après quelques heures, il ne me restait plus rien à faire. Celle qui me succédait était bien formée. Il y avait déjà trois semaines que je travaillais avec elle pour qu’elle puisse prendre la suite. Je la savais prête à continuer. J’étais prête à partir.

J’ai donc fait le tour du bureau et de l’usine, et j’ai dit au revoir. Je ne reviendrais pas. Ce n’était pas vraiment un congé. Ce serait permanent! Ce jour-là, le 5 mars 2004 à 11 h 30, j’ai pris ma retraite!

En fait, je dirais plutôt que j’ai pris une retraite active! Je travaille maintenant depuis onze ans, vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours sur sept tous les jours de l’année. Je sais, il y a des retraites bien plus calmes que celle-là, mais pour moi, il n’y a pas de plus belle!

Certains jours, c’est vraiment difficile. Je suis fatiguée, débordée, épuisée, écoeurée, dépassée, je voudrais prendre un jour de vacances. Tout «sacrer» là et aller voir ailleurs. La majorité du temps, c’est la plus belle des décisions que j’ai prises. Il y a des rires, des pleurs, des colleux, des bisous… Il y a surtout des «Je t’aime».

Il y a onze ans, j’ai quitté mon travail et je suis devenue maman à la maison. En fait, je suis devenue maman en attente à la maison. Il me restait quelques semaines à attendre, quelques semaines pour me préparer à ce qui allait être la plus grande oeuvre de ma vie : Être une maman! Il n’y avait pas de livres ou de cours pour me préparer. Il n’y avait que l’espérance que tout irait bien et que j’étais capable.

J’avais raison d’espérer. Je n’ai pas été parfaite. Je ne voulais pas l’être. Mais j’ai été la maman que je voulais être et je suis fière. Ma route n’est pas finie. Il me reste encore de nombreuses années. J’ai pris ma retraite pour me lancer dans l’aventure de toute ma vie.

Je ne serai pas parfaite. Je ne veux pas l’être. Je serai la maman que je veux être et je serai fière d’y être parvenue. Je voulais être une maman à la maison. Je le suis devenue et je le serai toujours!

Commentaires

Nathalie Lévesque

Maman de quatre enfants, elle a rêvé depuis toujours d'être maman et de prendre soin de ses enfants. Ce rêve s'est réalisé en 2004, lors de la naissance de son premier. Femme positive, rêveuse et prête à relever tous les défis. Aujourd'hui, elle vit en mode unschooling et voyage en permanence. Elle écrit d'ailleurs un blog : sixnomades.blogspot.ca et une page Facebook : Facebook.com/sixnomades qui raconte les péripéties de leur vie fulltimer.

One Comment

Comments are closed.