Pour Noël, je veux un avenir sur Terre.

 

Plusieurs d’entre nous, et parmi ceux qui nous entourent, ont connu la privation dans l’enfance.  Certains n’ont pas manqué en tant que tel, mais n’ont jamais eu droit de choisir.  Le pouvoir d’achat est devenu plus tard le seul pouvoir qu’ils ont pu vraiment exécuter.

 

Ce n’est pas pour rien qu’on est pris dans une société de surconsommation.

Il y a un manque profond qui cherche à être comblé de la mauvaise manière.

Avons-nous seulement appris à ressentir, à nommer, à solutionner, à demander?

Pas vraiment hein?

 

Certains ont connu, après le manque, l’industrialisation à outrance.  Puis l’essor des gadgets en tous genres, suivi de l’avènement du cheap, du magasin du dollar qui vient avec l’idée: C’est pas grave quand ça brise vite, on jette et on en rachète un autre, ça coûte pas cher.  La surconsommation sans jamais se questionner sur demain, sans jamais se demander ce qu’advient de tout ça une fois la fin de vie de l’objet atteint.

 

Et bien les choses ne disparaissent pas après usage.

Elles s’accumulent dans les sites d’enfouissement et continuent de polluer pendant plusieurs centaines d’années.

 

Après plusieurs décennies de surconsommation, les consciences, certaines du moins, sont en plein éveil.

Enfin!

On réalise que: Bin non!  On ne peut pas acheter et jeter indéfiniment.

On ne peut pas épuiser les ressources.

On ne peut pas oublier de penser à demain, aux générations qui nous survivront.

On ne peut pas feindre de ne pas voir venir la catastrophe.

 

Nous passons maintenant de l’abondance à la prise de conscience.

Ça se sent de plus en plus tout autour.

Parfois pas autant qu’on aimerait dans notre entourage par contre.

Profitons du temps de Fêtes pour demander ce qui fait du sens dans notre vie.

Pour allumer les consciences.

 

Profitons-en pour conscientiser avec amour.

Souvenons-nous que le pouvoir d’achat est souvent le seul pouvoir qui semble accessible à certains et que ce besoin d’acheter, de posséder, d’offrir, se présente comme une tentative ultime de guérison.

C’est un mécanisme de compensation.

Demandons moins, demandons mieux, demandons du changement mais tout en douceur.

 

Pour Noël, offrez-nous de l’espoir.

Demandez-nous ce que nous avons vraiment besoin. 

J’ai peut-être besoin d’un manteau plus grand.

J’ai peut-être envie de suivre un cours particulier.

J’aimerais peut-être un abonnement à une revue ou un site que j’aime.

On peut laisser faire les emballages jetables.  Du tissu, des papiers recyclés, un panier, c’est plus que parfait!

Offrez-nous du temps.

Intéressez-vous à ce qu’on fait.

Laissez-nous des souvenirs.

Offre-moi une page de ton histoire, un peu de tes racines.

Offre-moi  un avenir sur Terre.

 

 

Pour aller plus loin…

10 choses à ne plus acheter.

Article: Les impacts des changements climatiques.

Commentaires

Julie Roux

Maman intégrale de 2 enfants libres ayant un penchant naturel pour le bonheur, Julie a troqué la sociologie et la naturopathie contre la vie familiale qu’elle a choisie. Maman à la maison pas si souvent à la maison, elle adore sortir, voyager, réfléchir sur l’enfance et sur l’éducation.