La rentrée scolaire des Mamans Zen

non rentrée scolaire unschooling déscolarisation Québec mamans zen maman à la maison alternative école

Nous sommes en pleine période de rentrée scolaire! Il y a autant de familles que de façon de vivre la rentrée scolaire. Des familles un peu à la dernière minute pour qui c’est très stressant, des familles hyper organisées qui ont tout fait au mois de juillet, des familles qui vivent une première rentrée, des familles qui font l’école à la maison… Plusieurs collaboratrices de Mamans Zen ont également des enfants d’âge scolaire et quelques-unes ont accepté de partager leur rentrée scolaire avec nous.

Jacinthe Beaudin

Étant prof de formation et décrocheuse par convictions, je suis très critique envers le système d’éducation au Québec.

Chez nous, nous avons choisi de vivre l’éducation en famille. Alors la fameuse rentrée scolaire, ici, est une célébration que les vacances se poursuivent! En réalité, il n’y a ni vacances, ni travaux, il y a la VIE!

Chaque jour offre l’occasion d’apprendre sur tous les sujets qui nous intéressent! Qu’on soit en septembre, en janvier ou en juillet, que ce soit lundi matin ou samedi après-midi, nous sommes libres d’apprendre selon notre curiosité du moment!

Vive la non-rentrée!


Marie-Eve Boudreault

Toc, toc, toc. Aux premières lueurs du matin, mon fils de 5 ans, couetté et chambranlant, me réveille comme à son habitude, tout pressé de commencer ses passions. En ce jour de rentrée scolaire à la maternelle, il n’y a pas de larmes en regardant partir l’autobus, tout comme il y a quelques années devant le choix de la garderie, car pour offrir le meilleur à nos jumeaux nous avons fait le choix de ne pas participer à ces systèmes. La semaine de non-rentrée scolaire se révèle encore une fois pleine d’aventures. Des jeux d’eau lors de la canicule, de multiples projets et passions comme la création de livre ou d’un « bain » avec système de tuyauterie, des apprentissages par des app de iPod, des sorties au parc et dans un centre d’amusement intérieur, jouant allégrement avec d’autres enfants d’âges différents, et pouvant à la fois faire des colleux à leur maman et repartir quand nous le souhaitons.

C’est le respect de notre liberté, d’attachement familial, de l’enthousiasme, ou encore d’apprentissage selon le rythme de l’ADN, qui nous font choisir le design de vie de la non-scolarisation, ou le unschooling. Vivant au milieu d’une culture bilingue, littéraire, et numérique, entres autres, l’apprentissage naturel par exemple de 2 langues, de la lecture (quelques mots), et des mathématiques (additions, décompte par milliers) est déjà avancé pour l’équivalent au niveau scolaire. Suivant la piste de Victor Hugo, ou bien des travaux du psychologue Peter Gray qui démontrent que les grands unschoolers sont des gens plein de savoir et de talents, qui vont à l’université si désiré, enthousiastes, et souhaitent ce style de vie pour leurs propres enfants — notre vie d’apprenants en liberté nous comble! Et nous n’en sommes encore qu’à l’aube…


Gitane Bouchard

Dans quelques jours, ma fille entamera sa seconde rentrée scolaire. L’an passé, à la maternelle, elle a eu droit à un enseignant qui se trouvait être une version masculine de Mademoiselle C. Quelle belle façon d’amorcer cette grande aventure dans le monde scolaire, de solidifier des fondations tout juste construites!

Soupçonnant notre fille d’être surdouée, nous sommes heureux qu’elle ait la chance de mettre ses connaissances à profit auprès des amis de sa classe. Si elle a terminé quelque chose d’avance, elle peut aider les autres. Ça lui permet aussi de vivre ce que j’appelle « sa vie d’enfant »  car elle a souvent des réflexions, des questions d’adulte, mais que son intelligence émotionnelle ne lui permet pas de gérer comme il se doit. De plus, elle a la chance d’évoluer dans une école où même la direction a une attitude que je qualifierais de féérique avec nos enfants.

Son sac d’école est prêt depuis une vingtaine de jours, tous ses effets sont identifiés et je serai présente et impliquée chaque fois que je le pourrai! Bonne rentrée, ma belle Chochotte!


Nathalie Lévesque

C’est la folie pour certains parents; le retour aux horaires trop chargés, aux vites-vites-vites, au cadran qui sonne trop tôt. Mais c’est aussi le soulagement; le retour aux cafés matinaux, aux sorties pendant le midi et au calme.

Mais chez nous…. Rien de cela. Pas de stress ou d’envie de paix. Ni de liste de matériels ou de préparation d’examens. Parce que chez nous, il n’y a pas de rentrée! C’est la suite d’un quotidien où l’école est aux bases de la vie. Où chaque moment est un sujet d’étude. De temps en temps, il y a des cahiers. Le plus souvent il y a tout autour. Notre choix n’est pas que l’école à la maison. C’est le unschooling! Nous voulons être présents, à chaque instant. Par amour, par envie de laisser l’enfance prendre toute la place, par respect de ce chacun de nos enfants est. Peut-être aussi par gratitude et par fierté : Parce que si mon fils lit un roman ou écrit un article, que si ma fille fait ses additions par 5 ou me raconte l’histoire du Canada, que mes deux plus jeunes écrivent leurs lettres ou me nomment les drapeaux du monde c’est parce que JE leur ai appris et que j’étais présente à chacune de leurs découvertes. C’est valorisant! Je ne sais pas s’ils sont surdoués ou sous la moyenne. Ça n’a pas d’importance. Ils sont ce qu’ils sont…. Tout simplement!

Non, chez-nous, il n’y a pas eu de rentrée… Parce que pour reprendre les mots d’un article que j’ai écrit l’an passé à la même période : il n’y a pas eu de rentrée…. Tout simplement parce qu’il n’y avait jamais eu de sortie.


Julie Nadeau

Personnellement j’ai toujours adoré la rentrée scolaire pour l’odeur des crayons neufs qu’on aiguise, les cahiers aux pages blanches et la promesse d’un nouveau départ. Mais, ça s’arrêtait là. La semaine suivant la rentrée, le stress des évaluations, la pression sociale et le manque de joie au quotidien me rappelaient pourquoi je préférais de loin l’été.

Mes garçons, ne fréquentent pas d’établissement scolaire, vivent la rentrée très différemment de moi à leur âge. Ce qui change pour eux, moins de gens dans les lieux publics et moins de temps pour jouer avec leurs amis scolarisés. Ce qui ne change pas, leurs projets qui sont un savant mélange de joie, de passions et de défis personnels.

Après plusieurs années à les regarder évoluer, j’ai compris que naturellement ils font et sont ce que j’ai mis tant d’années à retrouver. Comment diriger notre vie en suivant notre guide intérieur, cette confiance nécessaire pour s’épanouir et être heureux au quotidien.


Comment se déroule la rentrée scolaire de votre côté?
Peu importe de quelle façon vous la vivez, nous vous souhaitons une bonne rentrée!

non rentrée scolaire unschooling déscolarisation Québec mamans zen maman à la maison alternative école

Commentaires

Mamans Zen