La non-scolarisation: Le petit guide du unschooling au Québec (partie 2)

unschooling non-scolarisation apprentissage libre Québec français mamans zen maman à la maison

 

La première partie du guide sur la non-scolarisation (traduction du terme anglais unschooling) préparait le terrain sur pourquoi envisager l’éducation hors de l’école traditionnelle, avec:

  • La présentation des méfaits de l’école traditionnelle
  • L’introduction à l’apprentissage par la non-scolarisation

Voici maintenant la partie 2 de La non-scolarisation: Le petit guide du unschooling au Québec.

 

La non-scolarisation et ses termes

La non-scolarisation, tel que décrit par Mary Griffith dans son livre The Unschooling Handbook, « une façon de designer l’apprentissage aux besoins spécifiques de chaque enfant et chaque famille », qui donne beaucoup d’avantages comparativement à l’éducation traditionnelle. C’est un apprentissage personnalisé librement, tout simplement.

Étant donné les méfaits de l’éducation autocratique, j’ai fait le saut de l’idée de faire l’école à la maison, qui peut être du style cours à la maison donné par le parent à un style plus libre comme Montessori (mais tout de même classé par sujets jugés importants), à celui de la non-scolarisation, l’apprentissage par un autre moyen que l’enseignement. Je préfère aussi la non-scolarisation à l’école alternative démocratique car le lien familial, l’apprentissage en clan parent et fratrie, et amis, est conservé et naturel. Par contre j’apprécie que l’école alternative ouvre la porte à l’apprentissage libre avec les pairs du même âge.

La non-sco englobe les termes d’apprentissage naturel, autodirigé, ou librement guidé par le parent. Plusieurs distinguent entre la non-scolarisation et la non-scolarisation radicale, qui est une liberté totale où il n’y a pas de restrictions pour les heures d’apprentissage, de repas, ou encore de sommeil. Comme le unschooling peut se vivre de la manière qu’on le souhaite, je préfère ne pas faire de distinction. À chacun de découvrir son parcours libre et respectueux pour chacun de l’unité familiale.

L’apprentissage à la maison peut donc commencer dès la naissance. Si vous décidez de faire apprendre votre enfant à la maison au Québec, vous pouvez le faire à tout moment en avertissant par écrit votre intention à l’établissement scolaire.

L’éducation à la maison est légale, dont au Québec. Un article de la Déclaration universelle des droits de l’homme affirme que : « Les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leur enfants. » Les commissions scolaires disent que les apprenants à la maison doivent être enregistrés, mais comme ce n’est pas mentionné dans la loi, cela devient une zone grise, dit Idzie Desmarais sur son blog I’m Unschooled. Yes, I Can Write.

Si on le souhaite ou l’on vous l’exige dans votre région, la non-scolarisation doit être suivie par la commission scolaire, environ deux fois par année par communication écrite, pour avoir l’équivalent du programme de formation québécois. On conseille de noter les activités faites par jour ou semaine. Certains parents tiennent un blog des accomplissements et de la vie familiale. Même si je suis maintenant persuadée qu’on apprend sans cesse avec l’apprentissage non-scolarisé, pour errer du côté légal et être capable de prouver un enseignement, il est recommandé de faire un portfolio. Pour moi, pour le moment, c’est des photos de nos activités, car l’obligation face à la loi commence à 6 ans. À ce moment, nous pouvons utiliser un journal sous la forme de portfolio ou un agenda-journal quotidien, facile à trouver sur Amazon par exemple, où les apprentissages sont détaillés ainsi qu’un cartable où l’on met les preuves de nos activités. Il serait aussi sage de vérifier les compétences qui sont exigées à chaque année dans le programme de formation et de démontrer comment vous y répondez.

On recommande aussi de devenir membre d’une association pour l’école à domicile afin d’obtenir des informations et du soutien légal au besoin, comme l’Association québécoise pour l’éducation à domicile.

Pour donner des lignes guides, une phrase qui me reste en tête est que le unschooling consiste à donner autant de liberté à son enfant qu’un parent (et la commission scolaire au besoin) est capable de tolérer. D’abord, un enfant élevé dans son continuum saura se gérer lui-même avec le temps, sinon quelques lignes guides sous forme de principes de la maison pourront trancher des cas litigieux. Cela veut dire donner tranquillement ou drastiquement les rennes pour l’alimentation, l’apprentissage, la gestion du temps et même le sommeil.

Tout est prétexte à apprendre, les sorties en plein-air, les matinées dans les jeux de la maison, même les jeux vidéo. Ces derniers développent par exemple même la pensée scientifique, les habiletés et même les relations sociales. En fait, les recherches sur les jeux vidéo présentent des impacts positifs sur le développement.

Contrairement à une idée préconçue, la non-scolarisation ne veut pas dire ne pas avoir recours à l’éducation externe. On peut l’offrir, tant que cela reste un choix – il implique la liberté consciente. La non-scolarisation laisse le choix de s’inscrire à des cours, des sessions d’information, ou à l’université, mais justement, c’est un choix et non une obligation. Ce n’est pas forcé, et ce faisant, l’apprentissage est stimulé. Chacun est libre de choisir dans le respect son horaire, s’il suit des cours, et même s’il fait de la non-scolarisation après l’école ou pour un professeur, en classe.

John Holt fait une différence entre un Professeur, qui teste et inhibe les connaissances, et un professeur, qui laisse la liberté au participant et guide au besoin avec des principes de base. Avoir recours à un bon guide devient comme les roues de support d’un bicycle qui se retirent avec le temps – mais encore, certains aiment se lancer sans les roues, et c’est leur droit fondamental.

Mieux encore, la non-scolarisation veut dire suivre ses passions. Elle donne des ailes, c’est pourquoi de nombreux leaders l’ont fait de manière variée ou en partie, par exemple, Thomas Edison, Abraham Lincoln ou encore Steve Jobs. C’est là que la non-scolarisation montre de ses forces et est une solution au malaise sociétal commun de ne pas aimer son emploi. André Stern, ayant grandit avec la non-scolarisation, ne se décrit pas par ses professions, comme luthier, auteur, ou leader dans l’écologie de l’éducation. Il se décrit comme un enfant de 42 ans. Il s’amuse tout en « réussissant » dans la vie. Il a appris tout ce qu’il a eu besoin, à son rythme propre et respectueux. Cette méthode semble amener l’être humain à être plus intègre à l’âge adulte. Ou à l’âge d’or de l’enfance adulte. En tout cas.

André Stern décrit que le monde du travail ne cherche pas les qualifications. Avoir une qualification, un diplôme, ne garantit pas qu’on aura l’emploi recherché. Par contre, les compétences donnent les meilleures des chances. Et ces compétences naissent de l’enthousiasme et la poursuite de l’intérêt, qui sont à leur meilleur hors du cadre rigide de l’école.

«Le unschooling, c’est un autre mot pour dire « vivre » », disent ses participants. Au-delà de tous les bienfaits et des apprentissages, la non-scolarisation permet de se rendre compte qu’on est en vie, heureux. Et cela, c’est déjà beaucoup. Le réaliser donne la permission de se donner « du lousse ».

Qui sait quels sujets seront importants de savoir dans 5, 10, 20 ans, à la vie d’adulte que l’on se prépare ou pour laquelle se préparent nos enfants? La vie à l’école ne donne qu’un faux sentiment d’assurance de savoir ce que l’on fait. En réalité, nous sommes tous incertains du futur et même d’être vivants à ce moment. L’apprentissage hors de l’école est utile pour profiter de la vie maintenant et apprendre à gérer ses peurs, à prendre confiance en son habileté à apprendre à apprendre mieux que toute autre.

Comment apprenons-nous ou nos enfants vont-ils apprendre les autres sujets importants que l’école relègue au second plan? Des sujets tels que la sexualité, la consommation d’alcool, le choix d’un milieu de vie… Ou encore comment réussir son mariage? Avoir des amitiés durables? Élever son enfant, entretenir son milieu de vie, construire sa maison, voyager? À nous de choisir si ce sera par leur pairs et leur professeurs éloignés, ou à être guidé par leurs parents au besoin ou quelqu’un de confiance dans l’entourage.

À quoi ressemble la non-scolarisation dans le quotidien

La non-scolarisation est un portrait différent pour chacune des familles. Nous apprenons non pas dans un environnement fermé, seulement sur papier, mais dans des livres vivants.

Avons-nous besoin d’un salaire énorme pour supporter un tel choix? Il semble que non, selon Forbes la majorité de ceux qui font le choix de l’apprentissage à la maison ont un revenu entre 25 000$ et 75 000$.

Pour donner une idée du quotidien, cela suit souvent un apprentissage par projet (c’est ce qu’on peut dire à notre commission scolaire d’ailleurs). Le rôle du parent est souvent de trouver du matériel ou de l’information, répondre aux questions, et faciliter quelques tâches lorsque demandé.

Le reste, les enfants s’en chargent. Un de mes enfants aime l’ingénierie et la mécanique, donc il apprend les formes géométriques dans ses jeux manuels, comment fonctionne les machines en les créant, et écoute des vidéos en anglais sur le sujet. Mon autre fils aime écrire, donc je lui trouve des cahiers et du matériel d’écriture, ainsi que des livres, qu’il utilise à sa guise. Nous faisons aussi plusieurs sorties en famille, où dans le quotidien ils apprennent à travers la vie courante 2 langues, à compter, à lire, et les subtilités de la vie sociale, par exemple.

Jean Liedloff donne deux grands conseils. Le premier est ne pas faire en sorte que les enfants se sentent mal à propos d’eux-mêmes. Le deuxième est de ne pas faire quelque chose pour l’enfant qu’il serait capable de faire seul, même si c’est plus long : c’est à chaque fois une occasion d’apprentissage. Le peuple qu’elle étudiait se rapprochait le plus de l’anarchie; le rôle des leaders est minimal et chacun est libre de les suivre ou non. Elle préconise laisser libre, avec quelques principes de respect. L’adulte ne doit pas être centré sur l’enfant mais sur ses activités propres et sa vie sociale; l’enfant, s’il le veut, doit pouvoir accompagner l’adulte quoiqu’il fasse, et avoir accès à des espaces pour être libre de jouer, avec des compagnons de jeux au besoin.

John Holt apporte entre autres de ne pas forcer l’apprentissage, comme ne pas expliquer longuement. Mieux vaut ne rien dire et laisser l’enfant s’enseigner seul et par les questions posées, répondues simplement.

Peter Gray recommande de ne pas limiter le jeu, il doit être le plus libre, le plus dirigé par l’enfant possible, car nous sommes un animal extrêmement joueur et apprenons mieux par le jeu.

Léandre Bergeron conseille de traiter les êtres humains en apprentissage de notre maisonnée comme des invités de marque. Ne pas les faire sentir mal, être poli, et leur faire attention sont quelques exemples… Ce respect sera retourné.

D’autres parents qui pratiquent la non-scolarisation suggèrent quelques trucs. Dans les premiers temps, nous pouvons faire le détective et inspecter ce qui nous attire ou attire notre enfant, et par la suite procurer du matériel ou l’accès à l’information sur le sujet. En cas de doute, respirer, dire oui plus souvent, et laisser aller, et surtout avoir confiance en nos enfants de trouver ce qui est bon pour eux. J’aime le principe de la liberté dans le respect. Les quelques principes de notre maison sont basés sur ce que la liberté de quelqu’un s’arrête où commence celle de l’autre, l’amour et l’harmonie.

Pour nous les grands enfants, nous pouvons réapprendre des plus petits. Vous souhaitez changer de métier, pourquoi ne pas apprendre librement sur celui-ci, tel que je le fais sur celui d’écrivaine au côté de mes enfants. Je dévore des livres d’écriture, j’écris à temps partiel, et je publie. Je vais chercher l’expertise à la fois d’experts et sur le terrain. Je suis mon rythme, et me crée un emploi aimé sur mesure. J’approfondis aussi mes connaissances entre autres sur la musique, l’art comme l’art de tatouer, et le sport.

Attention à votre santé, le but étant de vivre heureux et non de s’arracher les cheveux après quelques jours! Il ne faut pas de prendre soin de vous si vous faites la non-scolarisation ou restez à la maison avec vos enfants. Je me suis faite une liste de 3 activités qui me rendent heureuse que je veux dans mon quotidien : Zen (méditation), Sport (je me sens mieux), et Art (surtout l’écriture). Présentement mon ordinateur est au milieu de la salle de jeu et nous travaillons en parallèle, avec aide au besoin. Je me garde une période productive le matin pour moi toute seule : 1 ou 2 heures pour écrire ou m’entraîner. L’après-midi, nous prenons tous une pause pour relaxer tranquillement. En fait nous sommes tous introvertis, alors on limite les sorties dans les foules à quelques-unes par semaine, et j’amène un livre aux parcs. Nous avons besoin d’indépendance et d’un environnement le plus calme possible durant la journée pour mieux travailler et ne pas se surcharger. On peut aussi veiller à partager les tâches de la maison entre nous tous si ça nous intéresse, le unschooling est un travail d’équipe. Si vous êtes extroverti, les discussions (au téléphone ou en personne) et les rencontres (cafés entre amis, visite chez vos connaissances) vous rechargent, vous pourriez en inclure adéquatement à votre journée. On peut aussi partager des articles comme celui-ci autour de nous pour avoir du soutien et de l’aide pour trouver réponse à nos questionnements.

Jour après jour, je me défais de la méfiance que notre société a envers tous. J’ai confiance en mes enfants, j’ai confiance en la vie.

Jour après jour, nous ne faisons pas rien, même quand il le semble. Nous vivons, libres.

Chaque jour, nous apprenons, savourons, et discutons de la vie. Comme des bonnes habitudes de vie, entre autres. Nous parlons qu’il est recommandé de dormir 11-12 heures par nuit jusqu’à 12 ans, et qu’après même des athlètes peuvent avoir besoin de 10 heures. Que nous devons incorporer des activités physiques à la routine. Que bien manger, végétalien, nous tient en santé.

 

Le temps de la déscolarisation est venu

C’est un drame de notre société de voir tout le talent gaspillé qui pourrait contribuer à l’harmonie mondiale. Le talent n’est pas rare, mais il doit être développé. La scolarisation traditionnelle fait escamoter les 10 000 heures qu’il faudrait pour devenir un maître de nos passions – le plus tôt on peut suivre librement notre voie pendant que l’on est ouvert à ce que l’on aime, le meilleur. Ce pour quoi j’ai le plus de talent n’a pas été développé à l’école : le dessin, les arts martiaux, ou la passion littéraire (j’ai lu plus de livre et appris davantage en dehors de l’école). Je me demande vraiment comment de temps j’ai perdu à l’école, à être freinée dans mon développement et entraînée hors de mes passions.

Pourtant la nature ne départage pas apprendre, le travail et le bonheur. On ne perd pas le goût de vivre naturellement. Les oiseaux vieux et jeunes qui pépient à longueur d’année dans la campagne qui m’environne gardent le goût de chanter tout en travaillant à leurs activités quotidiennes. Pour eux, il n’y a pas de catégorie « professeur », « apprentissage », « travail »; il y a seulement la vie qui a ses exigences, ses hauts et ses bas, qui suit librement son cours, la plupart du temps dans la gaieté. Je ne veux pas perdre le goût de vivre, ni que mes enfants le ressentent non plus. C’est pourquoi je choisis la voie naturelle de la non-scolarisation.

C’est une grande époque le temps où l’on vie, on a la possibilité de remplacer les systèmes qui ne fonctionnent plus et d’être les leaders d’une écologie du mieux-vivre. Les leaders de la non-sco ont débroussaillé le chemin, pour leur famille et aider autrui. Maintenant que le chemin est fait, le prendrez-vous vous aussi?

Je sais, découvrir le unschooling amène encore plus de questions.

Cependant je suis maintenant convaincue que c’est comme cela qu’on apprend, qu’on ressuscite notre soif d’apprendre, et qu’on devient au meilleur de soi. Peut-être que votre questionnement vous amènera à la question que j’ai posé à mon fils, sans contrainte, pour son goût de décoration lors de la non-rentrée scolaire; essayer la non-scolarisation pour notre mieux-être, « Pourquoi pas? »

En terminant ces lignes, je lis l’article Les étapes de ma déscolarisation du blog La VIE chez les VIVANTS, et commente

« Ce matin je pensais encore au unschooling afin de revoir ce que je pourrais ajouter à un article que j’écris sur le sujet. Je vois maintenant clairement que la non-scolarisation n’est pas le problème, justement elle semble la méthode la plus adaptée pour apprendre. Mais la scolarisation me semble un grand problème au sein de nos vies en société – en voulant améliorer l’éducation des gens (peut-être, car au départ l’école était pour évangéliser), nous avons ouvert une boite de Pandore de problèmes, comme la perte de lien social comme tu mentionnes. Heureusement, le retour à notre vraie nature par la non-scolarisation est une solution relativement facile à implanter. Je pense qu’il est temps de retourner au naturel au galop! »

Peter Gray avance qu’on a deux choix :

« Nous pouvons continuer de tituber avec notre système coercitif de scolarité et continuer à lutter contre les instincts de nos enfants, en utilisant des médicaments ou tout autre moyen que nous devons pour réduire leurs cris pour la liberté. Ou, nous pouvons adopter ce qui semble pour la plupart des gens aujourd’hui comme une approche radicale, même folle à l’éducation, mais qui pour des chasseurs-cueilleurs semblait être le bon sens. Cette approche radicale est de laisser nos enfants s’éduquer eux-mêmes, alors que nous fournissons les conditions qui rendent cela possible. »

Nous sommes heureux d’avoir choisi la voie naturelle. Rencontrant en mi-journée ensoleillée au milieu d’un parc pour enfants autrement déserté une maman qui pratique la non-scolarisation, une phrase jetée semble-t-il banalement me résonne encore aux oreilles :

« On est chanceux. »

 

Merci aux mères qui m’ont transmises leurs expériences de non-scolarisation et ont aidé à compiler les informations pour le Québec. Cet article, paru d’abord sur Design de vie zen tiré d’un livre en écriture pour parent zen, est une introduction à la non-scolarisation et aux alternatives à l’école. Plus de détails devraient suivre dans d’autres articles subséquents. Voici d’autres ressources inspirantes recommandées.

 

 

Sources et ressources additionnelles

Livres

…ET JE NE SUIS JAMAIS ALLÉ À L’ÉCOLE : HISTOIRE D’UNE ENFANCE HEUREUSE, André Stern

Comme des invitées de marque, Léandre Bergeron

The Continuum Concept: In Search Of Happiness Lost
Jean Liedloff

The Unschooling Handbook: How to Use the Whole World As Your Child’s Classroom

Livres Teach Your Own: The John Holt Book Of Homeschooling
Teach Your OwnLearning All The Time
Learning All the Time, et Instead of Education: Ways to Help People do Things Better
Instead of Education de John Holt.

Dans Teach your Own:

« Ce livre sera une démonstration que les enfants, sans être forcés ou manipulés, ou mis dans d’exotiques, environnements spécialement préparés, ou en ayant leurs pensées planifiées et ordonnées pour eux, peuvent, vont, et veulent prendre du monde qui les entoure des informations importantes de ce qu’on appelle les Bases.

Ce livre démontrera aussi que les gens « ordinaires », sans entraînement spécial et souvent sans grande scolarisation eux-mêmes, peuvent donner à leurs enfants peu importe laquelle petite assistance nécessaire pour les aider dans leur exploration du monde, et que faire cette tâche ne requiert rien de plus qu’un peu de tact, patience, attention et de l’information disponible accessible. »

Free to Learn: Why Unleashing the Instinct to Play Will Make Our Children Happier, More Self-Reliant, and Better Students for Life, Dr. Peter Gray. Extrait.

Dumbing Us Down: The Hidden Curriculum of Compulsory Schooling
John Taylor Gatto

Deschooling Society
Ivan Illich, pdf gratuit

Secret of Childhood
Dr. Maria Montessori

Raising Boys: Why Boys Are Different – and How to Help Them Become Happy and Well-Balanced Men
Steve Biddulf

 

Sites et articles en français

Apprendre en liberté

Association québécoise pour l’éducation à domicile

Le blog français de Sandra Dodd

La déscolarisation au Québec

La non-sco en France

Journal J’OSE La Vie !

La VIE chez les VIVANTS et Le unschooling ne ressemble pas du tout à l’école (article traduit)

Fleur de Paix

 

Groupes et Page Facebook

Inspiration Unschooling – Apprentissage naturel: Nouvelles et inspiration pour faire le unschooling. Recommendé si vous utilisez souvent Facebook, choisir l’option sous « J’aime »: Recevoir toutes les notifications.

Groupe: Unschooling en français

Groupe: Unschooling au Québec

(Autres idées : Rechercher « Unschooling » pour des groupes qui vous intéressent)

 

Sites et articles anglais

I’m Unschooled. Yes I Can Write.

Homeschooling with Penelope Trunk

Home School Legal Defence Association

Freedom to Learn on Psychology Today, et articles du Dr. Peter Gray

Unschoolery, Leo Babauta

L’excellent article dans le New York Magazine de Jennifer Senior: Why You Never Truly Leave High School

Groupe Facebook Radical Unschooling Support Community

 

La formation  autodidacte pour le métier (ajout à l’article original)

L’auteur Dale Stevens avec son livre Hacking your Education, et aperçu sur « Pirater son éducation »

Terrasser le dragon de la diplômanie

L’auteur Blake Boyles des livres College without High School, Better than College, et  The Unschool Adventures Guide to Online Travel Fundraising 

 

Vidéos

André Stern

Jean Liedloff, Touch the Future

La déséducation
Pour recevoir les prochains articles de Mamans Zen dans vos courriels, s’assurer d’être inscrit aux notifications dans la barre de droite. Merci de votre lecture!

D’abord paru sur Design de vie zen.

Non scolarisation déscolarisation unschooling apprentissage libre Mamans zen maman à la maison Québecs

Commentaires

Marie-Eve Boudreault

Marie-Eve Boudreault est maman de 4 merveilles et co-fondatrice de Mamans Zen. Elle est passionnée d'enfance et de parentalité heureuse, naturelle et bienveillante, pour lequels elle s'est spécialisée. Suivez-la sur son blogue populaire à lequel elle se consacre principalement maintenant Je Materne - Ton blogue Famille heureuse (trousse numérique gratuite)