Noël dans une famille athée.

Mon amoureux vient d’une famille très catholique qui adorent aller à la messe de minuit. Pour sa part, il s’en est passé aussitôt qu’il a été assez grand pour rester chez lui seul. Quant à moi, j’ai été élevée par une maman athée, je ne suis même pas baptiser. Mais on fêtait Noël, la seule fête vraiment fêter chez nous. Je décorais le sapin avec ma maman et on recevait oncles et cousins chez nous, ou on faisait le petit voyage de trois heures en voiture jusqu’à Québec. J’aimais beaucoup le temps des fêtes, qui voulait aussi dire congé d’école pour moi et ma maman enseignante! Quand j’ai commencé à sortir avec mon amoureux, qui n’aimait pas Noël, je lui ai expliqué quel sens ça avait pour moi.

Très jeune, je me suis intéressée aux religions alternatives, et celles que j’aimais le plus étaient néo-païennes. C’est qu’elles suivaient, très logiquement selon moi, le cycle de la nature, le cycle de la vie. Je l’ai adopté, moins le système compliqué de divinités éclectiques. Le divin est dans la nature, tout autour, et bien franchement selon moi, n’a pas besoin d’être loué….Mais revenons. Pourquoi fêter Noël? Je ne crois pas au petit Jésus… Mais le Solstice d’Hiver, il est bien réel. Le retour du Soleil, après de longs moins sombre, est tout à fait présent. Y’a de quoi fêter, non?

Alors chez nous, au lieu d’une crèche avec des chameaux en dessous du sapin, on peut voir une forêt avec des animaux. Les trois figurines représentent la jeune fille, la mère et la vieille femme, symbole du cycle de la vie. Ils attendent l’arrivée du Bébé Soleil, qui apparaît habituellement le 21 décembre. C’est la date tant attendu, après 21 jours de petites activités de l’avent, où on fouille enfin dans notre bas et on déballe les cadeaux qu’on s’est fabriqué, et les petits trucs qu’on s’est acheté. En famille, sans stress. On va jouer dehors, dans la neige. On fabrique une bûche, on boit du chocolat chaud épicé et on mange une tonne de cannes de bonbon. On mange aussi un bon repas cuisiné en famille, on écoute un film.

Je veux créer des traditions solides avec mes enfants, créer l’anticipation et la magie de la journée. On a pas besoin de faire croire au Père Noël pour que les fêtes soient magiques!! Je veux offrir à mes enfants le plaisir de créer et de donner. De décorer et préparer. De recevoir avec amour et fierté, même quand c’est juste un gribouillis en forme de sapin. J’aimerais que mes enfants voient aux travers le cirque de consommation, que les cadeaux sont une petite partie d’un gros ensemble de rituels magiques (décorer le sapin, fabriquer des couronnes, faire des bonhommes en pains d’épices) à perpétuer quand eux-même auront des enfants.

Je vous souhaite beaucoup de magie et d’amour pour Noël!

Commentaires

Andreann Larouche

Andréann ne collectionne pas d'autre titre qu'être la maman privilégié de 3 enfants, avec qui elle passe ses journées à la maison, à vivre dans le slow. Artiste dans l'âme, elle essaie par toute sorte de façon de transmettre l'amour de créer à ses enfants, soit par les arts ou les métiers d'art, qui sont pour elle le moteur, en quelque sorte, de l'éducation en famille. Pratiquante de Yoga, avec ou sans les enfants, elle cherche toujours un moyen d'être plus zen et avenante dans toutes les relations et sphères de sa vie. Elle a aussi la chance de vivre avec son meilleur ami. L'humanisation des naissances et la liberté d'apprentissage sont les causes qui lui tiennent le plus à cœur, et vous pouvez en lire plus sur son quotidien sur son blog, demilunes.co.

2 Comments

  1. Bonjour! Tout d’abord, un énorme merci pour cet article. Je réfléchis beaucoup à notre position par rapport à Noël depuis quelques semaines. Mes enfants ont 1 an et bientôt 3 ans, et je me dis que c’est maintenant que je dois prendre une décision par rapport à ce que nous voulons instaurer comme traditions d’hiver. Je nous reconnais beaucoup dans ce que vous écrivez.

    J’ai donc énormément de questions! 😉 Vous pouvez me répondre ici ou par courriel, à votre guise.

    Je me demandais si vous aviez ces traditions depuis la naissance des enfants ou si elles sont arrivés après quelques années à croire au Père Noël? (Je ne connais pas l’âge de vos enfants.) Comme je suis à la maison avec les enfants, je sais qu’il serait facile pour moi d’éviter de mettre l’avant ce personnage (vs la garderie et l’école). Mais comment vous fonctionnez quand les autres enfants en parlent avec les vôtres? Je pensais leur dire qu’il s’agit d’un personnage (comme dans les livres) que les gens aiment, car il est généreux et qu’il est magique. Ce serait donc la raison pour laquelle des gens se déguisent en Père Noël, etc. Je me dis que je peux bien aller à la parade de Noël, mais que je ne pourrais pas aller leur faire voir le personne au centre d’achats, par exemple. (Je redoute les « as-tu été sage? » et « que veux-tu que je t’apporte? » alors que je ne veux pas tomber dans le pattern « gentillesse = cadeaux/$ ».)

    Aussi, je me demandais ce que vous faisiez quand le 21 décembre tombe un jour de semaine, quand papa est au travail, quand les plus vieux sont à l’école.

    Finalement, comment le reste de la famille a réagi? Être athés, c’est une chose, mais comment ont-ils pris le fait de ne pas pouvoir faire croire au Père Noël? Vous ont-ils fait la morale? Que leur avez-vous répondu?

    Un énorme merci, encore une fois! Et joyeux décembre! 😉

Comments are closed.