Ces choix qui dérangent

Crédit photo : Sarah Tailleur Photographe

Crédit photo : Sarah Tailleur Photographe

Dès que notre pipi touchera au bâton, que celui-ci deviendra positif, nous devrons faire des choix. Parce que la grossesse, la maternité, avoir des enfants c’est une succession de choix, après choix, après choix. Parfois vous aurez l’approbation de la société en général et parfois on vous jugera, vous fera douter et vous catégorisera de marginale.

Boire du café en étant enceinte! Être végétarienne et enceinte! Pire, être végétalienne!!! Accoucher en milieu hospitalier ou en maison de naissance? Connaître ou non le sexe de notre enfant à venir? Décider de donner un prénom original à notre enfant. Prendre ou non la péridurale ? Engager une accompagnante à la naissance. Allaiter ou non ? Encore pire, allaiter plus d’un an. Faire du cododo avec son bébé. Ne pas le laisser pleurer ou faire le 5-10-15 ? Vacciner ou non ses enfants? Être maman à la maison ou retourner au boulot lorsque notre bébé a 6 mois? Avoir plus de 2 enfants…. Je continue ???

Il y a autant de façons de faire en étant maman que de mamans sur la terre. Lorsque mon mari et moi avons décidé de fonder une famille, nous nous sommes beaucoup fiés sur les expériences des autres, sur les façons de faire des gens qui nous entouraient. Mais comme nous ne connaissions pas beaucoup de jeunes familles, nous avons dû choisir notre mode de parentage, si on peut le dire ainsi. Lorsque mon premier enfant s’est décidé à quitter mon ventre à tout jamais, je n’étais pas prête, mais pas du tout (même s’il était plus qu’attendu). Cet être qui m’avait choisie comme maman se reposait entièrement sur moi (et sur son père aussi quand même) pour sa survie, pour devenir l’adulte qu’il sera demain. Tout qu’un contrat ! Et moi j’avais signé pour ça en disant bye-bye aux moyens contraceptifs !

Au début, je suivais la masse, j’écoutais les conseils de maman, belle-maman, voisine, amie sans enfant, Georgette et même d’Henriette! Puis j’ai eu envie de m’écouter moi, d’écouter mon cœur, d’écouter mon bébé, bref, de suivre mon instinct. Et cet instinct me disait des choses qui m’ont cataloguée comme grano, marginal, bizarre et même « dégueulasse » (mais ça j’aurai peut-être l’occasion de vous en reparler). Alors, au diable les regards, les questionnements désapprouvant, les conseils sortis tout droit d’une boîte de céréales, les « nous on l’a fait dans notre temps et on n’est pas mort », j’ai décidé d’élever mes enfants comme bon nous semble, comme nous le voulions, pas comme la société et la masse le voudraient. Dans le fond, ce n’est pas comme ça que tous devraient le faire? Parce que ce sont NOS enfants, pas ceux des autres, pas ceux de la voisine, pas ceux de madame Chose qui lance des conseils sur Internet.

Alors oui (préparez-vous à mon coming out!), je tente d’accoucher mes enfants naturellement même que les prochains seront probablement à la maison de naissance et peut-être même directement chez moi (mais Chuuut ne le dites pas à ma mère tout de suite!). Oui, je les allaite, même longtemps, même parfois deux en même temps. Oui, je dors avec parce que je suis une paresseuse qui n’aime pas ce lever la nuit et un peu aussi parce que j’aime leurs petites mains dans mon visage le matin, leur souffle dans mon cou et leur chaleur qui me réchauffe la nuit. Oui, ils sont souvent dans le porte-bébé et n’en sont pas du tout malheureux. Et bien d’autres choses…Mais si vous, vous ne faites pas comme ça, vous n’êtes pas d’accord avec ça, ça ne me dérange pas du tout et ça ne veut surtout pas dire que vous êtes une mauvaise maman. Car j’assume tous mes choix et ça fait partit de qui je suis, de la maman que je veux être, des valeurs que je veux leur transmettre.

Le plus grand choix de tous que j’ai eu à faire : devenir maman à la maison.  C’était une décision pour moi, pour mes enfants, un nouveau mode de vie. Est-ce que nous y avons vraiment réfléchi ? Cette fois, je dois avouer que non, nous nous sommes lancés corps et âme sans vraiment calculer, sans demander conseil, sans attendre l’approbation de personne. Tout ce que j’ai écouté c’est cette voix qui me disait que je n’étais pas prête à me séparer de mon premier enfant, pas tout de suite, peut-être même pas avant des années. Car, on doit se l’avouer, tout vendre à la ville pour déménager à la campagne, couper dans les dépenses, démissionner de son emploi pour s’occuper 24h/24h de mes enfants et ce, en moins de 2 mois.  Il fallait que cette petite voix soit forte pas à peu près (et aussi être un peu fou peut-être?!).

Je crois que l’important c’est d’écouter son cœur et de faire des choix éclairés. Parce qu’on s’entend que de choisir entre une poussette à 3 roues ou une poussette parapluie n’aura pas grand incidence sur la santé et la vie de votre enfant. Par contre, certaines décisions auront une influence directe sur son développement tant physique que psychologique. Alors prenez le temps de vous renseigner comme il le faut, de prendre de l’information de chaque côté de la médaille et de choisir votre camp par la suite.  C’est bien plus facile d’assumer et de défendre ses choix lorsqu’on connait les pour et les contre. Car si on endosse nos choix, on ne tombera pas dans le sentiment de culpabilité que les autres mères pourraient être tentées de nous faire vivre.

Alors en terminant, j’aurais envie de vous dire d’assumer les choix que vous faites pour vos enfants, qu’ils se conforment ou non à la majorité de la société. Soyez fière de la mère que vous êtes, de tout ce que vous donnez à vos enfants, que vous les aimez et élevez à votre façon et surtout, surtout, suivez votre instinct.

Commentaires

Isabelle Michaud

Isabelle est maman à la maison avec ses 2 enfants (pour l’instant!). Elle s’est complètement exilée à la campagne afin de pouvoir réaliser son rêve, celui d’élever elle-même ses enfants. Elle est accompagnante à la naissance, marraine d’allaitement et mordue de la périnatalité. Sa passion ? Ses enfants, mais bien d’autres choses aussi, parce qu’on est bien plus que seulement maman. Vous pouvez la suivre sur sa page Facebook d’accompagnante.

5 Comments

  1. Quel beau texte remplis de vérité. Il n’est pas toujours facile de faire les choix. Même rendu à mon 3e enfants je me pose des questions à tous les jours et je ne suis jamais certaine à 100%… Ainsi va la vie avec des enfants. On fait de notre mieux!
    Bravo Isabelle! J’ai hâte de lire ton prochain texte.

  2. Félicitation Isabelle, ce texte te ressemble beaucoup et parle de réels problèmes rencontrer par certains qui ont peur des préjugés.
    Vivement le prochain article.
    C’est un plaisir de te lire

  3. Bravo mon amie! Tu es tellement inspirante!Tu aideras sans doute plusieurs mamans à s’assumer dans leurs différences et de croire en leurs choix.
    Bonne chance dans cette nouvelle aventure! xxx

  4. C’est vraiment chouette de lire un texte comme le tien… rempli d’authenticité et de sincérité.
    Le plus beau choix est sans doute de réussir à faire son PROPRE choix, c’est celui qui nous rend heureux, nous allège, nous épanouit.
    Bonne vie avec tes choix, tes mousses, ta campagne et ton homme !

Comments are closed.