Du temps pour s’aimer

image

 

Par Laetitia TOANEN.

 

Une fois que l’on est parent nous sommes nombreux à faire la même constatation; si les enfants sont le fruit de notre amour, cet amour lui n’est plus le même et s’avère parfois bien difficile à garder en vie. Au-delà des dissensions qui peuvent survenir en matière d’éducation, d’aptitudes parentales et autres différences de visions dans nos nouveaux rôles c’est le temps qui semble davantage compliquer les choses… du temps pour s’aimer, du temps pour se retrouver, du temps pour se parler, du temps pour régler les différents au fur et à mesure plutôt que de les cumuler, du temps pour exister en tant que couple.

Vient alors la nécessité de prendre le taureau par les cornes et de ruser si on ne veut pas y perdre trop de plumes… ou celle de s’adapter.

Beaucoup de familles vivant le maternage proximal (allaitement à la demande, co-dodo, portage, etc.) donnent sans compter à leur petit et se retrouvent dans le paradoxe d’être fatiguées, tendues, éloignés l’un de l’autre sans pour autant être en mesure ou accepter de prendre des pauses d’une telle situation. En effet un bébé allaité à la demande se fait difficilement garder, de même que les premiers temps du co-dodo rendent certaines séparations inenvisageables. Il importe à ce moment-là de changer de registre et d’arrêter de rêver à ce qui est impossible ou ce que l’entourage nous conseille, mais d’aménager notre vie, de façon à pouvoir vivre notre maternage tout en restant lié en tant que couple et continuer de cultiver notre amour.

Ainsi nos moments de couples vont être envisagés en présence du bébé ou des enfants pour essayer de profiter de chaque petit moment, plutôt que de viser l’éternel impossible la semaine des quatre jeudis.

Démontrer notre affection au quotidien

Il y a quelques temps je lisais S’occuper de soi et de ses enfants dans le calme; bouddhisme pour les mères, de Sarah Napthali. J’ai beaucoup aimé une des idées partagées qui va comme suit;

« N’attendez pas que toutes les conditions idéales soient rassemblées pour méditer. La méditation consiste en l’art du moment présent et pour ça vous n’avez ni besoin de pièce juste à vous, de silence absolu ou de petits coussins ronds. Vous pouvez méditer sous la douche, lorsque vous faites la vaisselle, étendez la brassée de lavage, ou allaitez. Bien entendu si vous arrivez à faire quelques pas dehors en compagnie d’arbres c’est encore mieux ! »

Personnellement ça m’a beaucoup aidé à accepter de ne pouvoir être une pieuvre et à relativiser l’intensité de certains jours. Et je crois qu’il peut en être de même de notre vie de couple et de l’amour qui nous lie. À partir du moment où parce que nous nous aimons, nous avons fait ou accompagnons ensemble des enfants, et que nous choisissons tous les deux de nous engager dans un mode de maternage demandant temps et présence, le fait de veiller à ce rituel contribue à nourrir notre amour et faire vivre le lien qui nous unit. Les moments de jeu en famille, de massage, de bains, de cuisine, sont des occasions d’être ensemble tournés vers le même objectif. Trop souvent, nous avons tendance à séparer les tâches et à nous séparer; un part avec les grands pendant que l’autre reste avec le petit, un fait la vaisselle tandis que l’autre veille les bains faisant en sorte que tous les moments de discussions, contemplations, partages s’évanouissent peu à peu… et avec eux notre complicité, notre satisfaction et notre gratitude envers ce que nous avons créé. Et si j’en conviens, de tels moments manquent un peu d’intimité cela n’empêche pas de se regarder dans les yeux, de s’embrasser, de se prendre dans les bras ou de se câliner au passage ! Même chose en voiture. Récemment une nouvelle maman me disait :

« Lorsque nous sommes en voiture je dépose ma main sur la cuisse de mon compagnon ou je joue dans les cheveux de sa nuque. J’adore ces petits moments. »

Ce sont effectivement de tous petits moments, mais des petits moments qui nous permettent de nous sentir proche l’un de l’autre. On peut également se tenir par la main quand nous marchons, penser à tenir les portes, se rendre service sont autant de façon de manifester notre attention et notre affection à l’autre.

De plus, de nombreuses études en parlent, mais surtout nous le sentons tous dans notre corps, notre cœur et notre âme. Les contacts physiques bienveillants sont bons pour la santé. Ils renforcent l’estime de soi, diminuent l’angoisse, nous rendent plus résistants aux infections, contribuent à notre sentiment de sécurité et ainsi de suite. Ce serait vraiment dommage de s’en passer !

 

Du temps pour s'aimer, Blog Mamans Zen, Profession: Mamans à la maison

 

Un livre pour se parler

Je connais également des amoureux qui écrivent. Ils ont un livre commun dans lequel ils partagent tour à tour différentes réflexions, souhaits, ajustements, besoins. Cela permet de garder le contact, de préserver une forme de communication et de prendre connaissance des propos de l’autre au moment où nous sommes disponibles plutôt qu’à un moment où nous sommes énervés parce que les enfants crient famine et que le téléphone sonne !!! Nous envoyons une panoplie de mails, coup de fils ou textos au cours d’une journée pour rappeler un rendez-vous, le passage chez le nettoyeur, un ingrédient manquant pour le souper… mais combien en envoyons-nous pour dire; « Je t’aime », « Merci pour le café de ce matin », « Tu es magnifique avec ta nouvelle chemise », « C’était magique hier soir. »

 

Instaurer des habitudes et ruser !

Une blogueuse que j’aime beaucoup a déclaré l’an passé:

«Ce qui a le plus changé depuis que j’ai des enfants c’est que nos moments de sexe sont planifiés. »

Ça peut sembler triste, mais c’est peut-être la clef pour réussir à partager quelques moments d’intimité. Ainsi il y a des familles où le dimanche matin est le matin des dessins animés ! Les parents peuvent alors batifoler sous la couette, discuter autour d’un café, percer un abcès pour ensuite mieux s’aimer. Dans d’autres familles il y a le rituel du film en famille, suivi du film pour les parents … même si en cours de route il faudra faire une tétée ! Il y a celle où le samedi, les grands-parents ou amis prennent les enfants pour une petite activité ou une promenade ! Sans oublier les ballades en voiture ou en traineaux qui font s’endormir les enfants plus tôt ou en plein milieu de l’après-midi, laissant ainsi un peu de temps, le petit moment d’écran de la journée où les plus vieux peuvent être en présence des plus jeunes, les massages et ainsi de suite.

Si chacun peut inventer à sa façon, l’essentiel est de se rappeler de prioriser ce temps pour s’aimer, plutôt que celui des tâches à accomplir et des listes à cocher ! Beaucoup de choses peuvent attendre. Mais l’amour à force d’attendre, s’éteint et s’en va. Allez vite, un gros câlin à votre amoureux, comme ça pour rien, juste sur l’élan de vous faire du bien et d’honorer ce qui vous lie et crée votre vie !

 

Commentaires

Laetitia Toanen

Laetitia Toanen, est maman de trois enfants et d’une petite étoile, riche d’une panoplie d’expériences tonitruantes ! Zoothérapeute, éducatrice périnatale, accompagnatrice en pratique rituelle, elle fait l’école à la maison et est l’auteur de différents livres et articles traitant de l’adoption, du maternage et de la vie de mère de carrière ! Sa grande passion; soutenir et valoriser l'implication et le rôle essentiel des mamans qui se consacrent à l'éducation de leurs enfants! Vous pouvez la retrouver sur son blog Rebelle des bois, celui du symposium Apprendre Autrement ou sur Chemins de traverse pour les rituels.