Les apprentissages en famille au quotidien

De plus en plus de parents font le choix de reprendre leurs droits d’éduquer leurs enfants plutôt que de déléguer ce devoir  aux institutions scolaires.  Plusieurs raisons motivent ces familles à choisir un chemin moins fréquenté.  Un chemin méconnu et souvent mal jugé. Un chemin qui mène pourtant vers le bonheur de ceux qui le choisissent avec le coeur.

 

Je dis avec le coeur parce qu’il y a des familles pour qui ce n’était pas un rêve.  Certaines familles retirent leur enfant de l’école par manque de ressources ou parce qu’elles ne reconnaissent plus l’enfant qu’elles ont laissé sur ses bancs quelques mois ou années plus tôt.

 

Certaines familles ont simplement envie de vivre une vie riche et stimulante en dehors des contraintes imposées par un modèle qui n’a que très peu changé depuis l’industrialisation. Se permettre de voyager, d’apprendre dans l’enthousiasme, à leur rythme, aller plus loin ou ailleurs.

 

Depuis juillet 2018,  il est clairement écrit, suite aux modifications apportées dans la loi et au règlement qui en découle, que les familles  n’ont pas l’obligation de suivre le même programme imposé aux écoles du Québec.  Il faut toutefois veiller à inclure dans le projet d’apprentissage:

• l’apprentissage de la langue française, d’une autre
langue et de la mathématique ;
• au moins une matière ou discipline appartenant à
chacun des domaines d’apprentissage suivants :

• Mathématique, science et technologie
• Arts
• Développement de la personne
• Univers social (si l’enfant a 9 ans à la date
du début de la mise en oeuvre du projet
d’apprentissage)
• les autres connaissances et compétences dont
l’acquisition est visée. *

 

Les enfants n’ont donc pas à copier ce qui se fait en classe.  Ils n’ont pas non plus à se limiter à un niveau basé sur leur âge.  Ainsi, un enfant de 9 ans peut faire de la géographie de secondaire 1, apprendre des règles de grammaire qui se voient en 3e année, voir des notions mathématiques enseignées en 6e année, étudier la biologie et voir des notions généralement vues en secondaire 3,  lire des textes sur les anciennes civilisations, la mythologie, se poser des questions philosophiques abordées au CEGEP uniquement.  Les enfants peuvent ainsi approfondir leurs intérêts et leurs passions.  Ils peuvent avancer plus vite ou plus lentement dans certaines matières et se concentrer sur ce qui leur est utile dans la poursuite de leurs ambitions professionnelles.  Il n’est pas rare d’ailleurs de voir des apprenants en famille se destiner très tôt vers un champ de compétence particulier puisqu’ils apprennent à se connaître et à suivre leurs intérêts au quotidien.

 

Les enfants peuvent aussi apprendre de toutes sortes de façons, en visitant des musées, des expositions, en regardant des tutoriels, en rencontrant des experts, des artisans, en essayant, en faisant des erreurs, en se ravisant, en lisant des ouvrages écrits par des passionnés, en voyageant, en discutant, en regardant des films et des documentaires, en jouant, en inventant, en manipulant des concepts.

 

Il y a tellement de manières différentes d’apprendre! Et c’est précisément pour faire connaître tous les possibles que les familles ouvrent leurs portes en novembre, pour une deuxième année, le temps du défi photo #30joursAEF  #30joursunschooling.  Une fois par jour, les familles participantes publieront, du 1er au 30 novembre, une photo représentant les apprentissages en famille au quotidien.  Que vous soyez vous-mêmes une famille qui vit les apprentissages en famille ou non, suivez les mots-clics #30joursAEF et #30joursunschooling pour vous inspirer ou mieux encore, participez en publiant vos photos!

 

Qu’est-ce que l’AEF?

 

C’est l’abréviation d’apprentissages en famille. Chaque famille a son approche.  Certaines familles sont plutôt traditionnelles, elles reproduisent le programme à la maison en adaptant ici et là en fonction des particularités ou du rythme de l’enfant. D’autres sont très hétéroclites, elles pigent dans toutes sortes d’approches différentes.  D’autres suivent à la lettre des pédagogies comme Montessori, Waldorf ou Charlotte Mason.  Certaines sont carrément unschooleuses.  L’AEF est un terme qui permet d’inclure toutes les approches différentes sous un même terme ou de s’unir pour la même cause.

 

Qu’est-ce que le unschooling?

 

En résumé, l’unschooling est un art de vivre qui part de l’humain, en l’occurrence de l’enfant, de ses besoins, de ses intérêts, ses envies, sans chercher à lui imposer les contraintes voulues par les adultes qui cherchent à le préparer pour un futur encore inconnu ou le conformer à un modèle théorique.  On s’éloigne donc ici des croyances qui veulent que dans la vie, on ne fait pas ce qu’on aime, qu’il faut se lever de bonne heure même si on se traîne toute la journée parce que c’est comme ça, l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt, qu’il faut que tout le monde apprennent exactement la même chose de la même façon sinon notre société de sur-consommation ne fonctionnera plus, que c’est important que l’enfant se soumette à l’autorité de toutes sortes d’adultes parce que la vie c’est aussi la soumission.

 

Un défi photo pour qui?

 

Pour les familles qui ont choisi l’éducation à domicile, pour les parents qui ne savent pas encore quel type d’éducation ils choisiront pour leurs enfants, pour les parents dont les enfants fréquentent l’école et qui veillent à leur offrir des occasions d’apprentissage diversifiées.

 

Comment suivre le défi?

 

– Sur Facebook ou Instagram, en cliquant sur les mots-clics  #30joursAEF ou #30joursunschooling, vous serez dirigé vers toutes les publications publiques du défi et celles de vos amis.

– Sur la page Facebook de Mamans Zen, je publierai ici et là des photos tout au long du mois.

– Sur ma page Julie Humanise, je publierai intégralement mon défi photo, chaque jour.

– Pour participer au défi, vous n’avez qu’a accompagner vos publications du mot-clic #30joursunschooling ou #30joursAEF ou les deux!

 

Pour en apprendre d’avantage sur les apprentissages en famille et les différentes approches: L’éducation à domicile au Québec.

* Sources: Guide de suggestions pour les parents-éducateurs du Québec.

Commentaires

Julie Roux

Maman intégrale de 2 enfants ayant un penchant naturel pour le bonheur, Julie a troqué la naturopathie contre la vie familiale qu’elle a choisie. Maman à la maison homeschooleuse, elle adore réfléchir sur l’enfance et l’éducation.

2 Comments

Laissez un commentaire